Encyclopédie

Les élections françaises -

La campagne électorale présidentielle de 2002 en France a commencé de façon terne. Les deux principaux rivaux présumés - Pres. Jacques Chirac et le Premier ministre Lionel Jospin ont déclaré leur candidature en février et ont été rejoints par un record de 14 autres prétendants à l'Élysée. De nombreux électeurs ont semblé ennuyés par ce qui semblait n'être qu'une rediffusion du concours Chirac-Jospin de 1995 et perplexes devant la pléthore de candidats dans une campagne qui se concentrait davantage sur la criminalité et l'immigration que sur des questions plus larges de politique économique ou étrangère. Le résultat a été une apathie record pour une élection présidentielle - un taux d'abstention de 28,4% au premier tour de scrutin le 21 avril - et le succès choquant de Jean-Marie Le Pen, chef du Front national d'extrême droite.

Le scrutin du 21 avril était serré, Chirac ayant recueilli 19,88% des voix, Le Pen 16,86% et Jospin 16,18%. Seuls les deux premiers ayant obtenu le vote sont passés au second tour, et un Jospin stupéfait a donc été exclu du second tour. Le Pen n'avait recueilli que 230000 voix de plus qu'en 1995, mais il était aidé par le faible taux de participation, la performance plus médiocre que prévu de Jospin (dont l'approche d'instituteur a attiré peu de personnes en dehors de son propre Parti socialiste), et la fragmentation de la voter.

Chirac a refusé de tenir le débat télévisé habituel avec son adversaire, affirmant qu'il ne voulait pas donner à Le Pen plus de tribune qu'il ne l'avait déjà. Le président peut également avoir craint que Le Pen ne diffuse les accusations de corruption qui tourbillonnaient autour de Chirac depuis ses près de 20 ans à la mairie de Paris. Au second tour du 5 mai, la gauche a voté à contrecœur mais massivement pour Chirac, qui a obtenu 82,05% des voix, contre 17,95% pour Le Pen. Chirac a ainsi battu deux records pour un président de la Cinquième République, remportant le score le plus bas au premier tour et le plus élevé au second.

Jospin a immédiatement démissionné de son poste de Premier ministre et le président l'a remplacé par Jean-Pierre Raffarin. ( VoirBiographies.) Le résultat des élections législatives, qui ont débuté le 9 juin, était presque acquis. Le Parti socialiste démoralisé a basculé vers la gauche avec un manifeste appelant à la fin de la privatisation et à une augmentation du salaire minimum. Sur la droite, il y a eu une fermeture historique des rangs entre les gaullistes et une grande partie du centre-droit, qui a formé l'Union pour la majorité présidentielle (UMP). Au second tour de scrutin, le 16 juin, l'UMP a remporté 353 sièges à l'Assemblée nationale, qui compte 577 sièges. L'Union de centre-droit pour la démocratie française a remporté 27 sièges. Le Parti socialiste a perdu plus de 100 sièges pour en finir avec 140. Parmi les victimes figuraient plusieurs socialistes de premier plan, dont Martine Aubry, la créatrice de la semaine de 35 heures. Le Parti communiste a obtenu moins de 5% des voix, ce qui lui a laissé 22 sièges,et le chef du Parti communiste, Robert Hue, a perdu son siège. Dominique Voynet, leader des Verts, a également été battu, tout comme l'ancien ministre de l'Intérieur Jean-Pierre Chevenement, qui a perdu le siège qu'il occupait depuis 29 ans.