Encyclopédie

Navigation et histoire dans la Manche -

La reine Victoria a accueilli favorablement une première proposition de tunnel sous la Manche «au nom de toutes les dames d'Angleterre». Près de 140 ans plus tard, le tunnel est ouvert et son principal argument de vente reste le manque de mouvement gratifiant des roches du fond marin qui l'enveloppent. Au large des côtes normandes, le jour J 1944, le roulis et le tangage des péniches de débarquement dans les eaux de la Manche réduisirent de nombreux jeunes héros en gelée verte. Pas étonnant qu'ils se soient précipités à terre pour libérer l'Europe.

Les vagues de la Manche ne sont pas imposantes. Les surfeurs les méprisent. Leur hauteur diminue de 50% depuis la grande ouverture de l'Atlantique jusqu'à l'étroit détroit de Douvres, où la plupart des gens traversent la Manche. Mais les courants de marée, les berges peu profondes et les reflets des vagues depuis les falaises contribuent tous à une agitation désagréable chaque fois que le vent monte au-dessus de 10 nœuds. C'est pourquoi cette bande d'eau peu profonde la plus importante au monde appartient strictement aux marins. À l'époque de Victoria, les femmes étaient toujours des passagers, ce qui explique sa remarque apparemment sexiste sur le tunnel.

Les marins observent avec un dédain de bonne humeur ceux qui traversent la Manche par des moyens peu orthodoxes. Il a été un terrain d'essai invitant, depuis la première traversée en ballon en 1785, jusqu'au premier vol motorisé en 1909, jusqu'aux avions à pédales de l'époque plus récente. Matthew Webb, en 1875, fut le premier à nager dans la Manche, et c'est désormais presque une routine. Les gens traversent aussi en planche à voile, en canoë, en skis nautiques et presque tout ce qui flotte.

La mentalité insulaire.

Ceux qui ont écrit sur la Manche doivent être principalement des propriétaires terriens. Sinon, les perceptions populaires de la Manche, partagées dans tout le monde anglophone, ne pourraient pas être aussi erronées. Par exemple, le propriétaire de la terre Shakespeare a demandé à John of Gaunt de décrire l'Angleterre comme «Cette pierre précieuse située dans la mer d'argent, / qui la sert dans le bureau d'un mur, / ou comme un fossé défensif à une maison, / contre l'envie des moins heureux terres." Beaucoup de gens pensent que ce fossé a protégé l'Angleterre de l'invasion depuis 1066, lorsque les Normands ont débarqué.

Un isolement glorieux aurait permis à la culture anglaise de s'écarter de celle de l'Europe continentale, avec des conséquences bien connues pour le protestantisme, la science et la démocratie parlementaire. Les colonisateurs bravant le mal de mer ont navigué en aval de la Manche pour transporter l'anglais et l'anglais jusqu'aux extrémités de la Terre. Mais leurs idéaux libertaires ont amené leur impérialisme à s'autodétruire. Retirés chez eux, ils ont dû trouver de nouveaux partenaires, et le tunnel sous la Manche (Eurotunnel) symbolise les retrouvailles des insulaires avec l'Europe continentale.

La mentalité insulaire et ses effets historiques ne sont pas contestés, pas plus que la contribution de la Manche à cette mentalité. Mais pour un marin, toute idée qu'une bande d'eau aussi étroite a créé l'isolement est une pure absurdité. La Manche n'était rien de plus qu'une ligne visible tracée sur le trottoir pour séparer les gangs rivaux. Cela n'a jamais été un obstacle pour les marins. Au contraire, c'était un pont commode reliant les deux rives. ( Voir la carte.) Sauf lors de longues périodes de mauvais temps, les voyages par voie d'eau étaient beaucoup plus rapides et plus faciles que de parcourir la même distance par voie terrestre. Cela n'a pas changé jusqu'à l'invention des trains à vapeur au 19e siècle.

Histoire dans la Manche.  Carte thématique.

Vagues d'immigrants.

Les gens se déplaçaient librement à travers la mer et l'Angleterre était peuplée vague après vague de colons pacifiques et d'envahisseurs guerriers. «De cette foule amphibie mal-née a commencé / Cette vaine chose mal naturelle, un Anglais. En le disant, Daniel Defoe a montré un sens de l'histoire maritime plus fin que Shakespeare.

Les chasseurs-cueilleurs se sont promenés sur le fond marin encore sec à la fin de la dernière période glaciaire, mais les premiers agriculteurs ont atteint l'Angleterre il y a 6000 ans sur des bateaux ou des radeaux qui devaient accueillir du bétail et des moutons ainsi que des personnes. Plus tard, les immigrants sont venus avec des charrues et des chevaux. Les découvertes d'épaves de l'âge du bronze par des archéologues révèlent que les commerçants voyageaient régulièrement à travers les parties plus larges de la Manche il y a plus de 3000 ans.

Au cours du siècle avant Jésus-Christ, les ferronniers celtiques possédaient les deux rives. Des voiliers robustes transportaient des cargaisons de vin italien en Angleterre. Ils ont quitté la Bretagne, le promontoire granitique balayé par les marées de la France qui a nourri, alors comme aujourd'hui, certains des meilleurs marins du monde. De plein droit, ils auraient dû effacer Jules César des livres d'histoire quand il est venu les conquérir. Malheureusement, un calme rare a laissé la flotte de combat des Celtes impuissante pendant que les galères romaines abattaient leurs mâts.

L'histoire écrite de la Manche commence avec César, et cent ans plus tard, les légions romaines conquièrent l'Angleterre. Les cousins ​​celtiques de Gallia et de Britannia partageaient alors les dirigeants romains, dans le premier des trois empires chevauchant la Manche. Cela a duré quatre siècles et personne ne s'est jamais plaint de l'absence de tunnel.

Une flotte romaine, les Classis, était basée à Boulogne du côté gaulois du détroit de Douvres. Il protégeait les rives de la Manche et les routes maritimes très fréquentées contre les pirates allemands. Ils venaient des rives sablonneuses orientales de la mer du Nord avec une variété de noms tribaux. Les Angles ont donné le leur à l'Angleterre même si les Saxons prédominaient sur la rive de la Manche de l'île. Les nouveaux arrivants ont fusionné et modifié leurs dialectes allemands pour produire anglo-saxon, l'ancêtre linguistique de l'anglais.

Les Romains avaient toujours considéré Britannia comme l'arrière de l'au-delà, et leurs reliques impériales étaient plus impressionnantes de l'autre côté de la Manche. Là, les Francs du delta du Rhin ont été les envahisseurs les plus réussis et ont ainsi donné leur nom à la France. Ils ont commencé à imiter les manières romaines et à parler une forme de latin qui allait évoluer vers le français. Mais la divergence linguistique transmanche a été interrompue par une autre vague de cousins ​​pirates. Les drakkars des Vikings de Scandinavie sont devenus un spectacle effrayant sur toutes les côtes et rivières du nord-ouest de l'Europe. Les Vikings danois ont maîtrisé l'Angleterre mais ont tâtonné leur emprise sur elle. Les Vikings de Norvège ont fait des incursions en France et ont navigué loin sur la Seine, où ils ont rasé le bastion des Francs à Paris. Prenant possession de la rive centrale de la Manche en France, ces hommes du Nord l'ont baptisée Normandie.En 1066, leurs drakkars les emmènent en Angleterre, qui devient une colonie dans un empire normand qui enjambe la Manche. Les conquérants parlaient français à cette époque et leur cœur restait enraciné du côté français de la Manche. Néanmoins, ils ne pensaient rien à la traversée pour une frénésie occasionnelle ou un meurtre.

Un naufrage de Channel lors d'une soirée à bord ivre a noyé un prince normand au Cap Barfleur. La guerre de succession qui a suivi a produit une plus grande entité transmanche, l'empire angevin. Cela s'étendait de la frontière espagnole dans le sud de la France à la frontière écossaise dans le nord de l'Angleterre. L'Écosse et l'Irlande sont devenues des satellites.

L'empire angevin appréciait ses marins et ses liaisons maritimes. Ses rôles d'Oléron ont codifié le droit maritime pour l'Europe occidentale. Ce n'est pas une difficulté avec la navigation trans-Manche qui a provoqué l'effondrement de l'empire. Les enfants de la reine Eleanor se disputaient leur héritage, et les principaux bénéficiaires étaient les Francs, dont l'enclave avait été réduite à seulement un dixième de la superficie de la France.