Encyclopédie

Jargon Chinook - langue -

Jargon Chinook , également appelé Tsinuk Wawa , pidgin, actuellement éteint, autrefois utilisé comme langue commerciale dans la région du nord-ouest du Pacifique en Amérique du Nord. On pense qu'il est originaire des Indiens de la côte nord-ouest, en particulier les peuples Chinook et Nuu-chah-nulth (Nootka).

Les peuples de la côte nord-ouest faisaient beaucoup de commerce entre eux et avec les communautés de l'intérieur. Une grande partie, sinon la plupart, du vocabulaire du jargon Chinook a été tirée du Chinook proprement dit. On pense que le jargon chinook est antérieur au contact des autochtones avec les Européens et les Américains européens, qui a été initié au 18ème siècle suite au commerce des fourrures. Les éléments anglais et français du lexique (vocabulaire) du pidgin semblent être principalement des emprunts au jargon chinook après qu'il ait été largement adopté comme lingua franca pour le commerce des fourrures.

Le jargon Chinook s'est dispensé de certains aspects polysynthétiques typiques de la grammaire des langues amérindiennes, c'est-à-dire avec la pratique de combiner plusieurs petits éléments de mots (dont aucun ne peut être utilisé comme un mot libre ou autonome) pour former un complexe mot. Par exemple, le jargon Chinook fournissait des pronoms gratuits pour le sujet et l'objet sans aucun affixe correspondant pour identifier le temps, le sexe, le possessif ou d'autres variables similaires, de sorte que «il parlait» serait traduit par yaka wawa , où yaka indiquait la troisième personne du singulier (et était parfois utilisé pour le pluriel) et pouvait signifier `` il '', `` lui '', `` son '', `` elle '', `` elle '' ou `` à elle '' et wawaétait défini comme «parler», «parler», «mot» ou «langage». La même phrase serait traduite en Chinook proprement dit par I-gikim «il parlait». Chinook Jargon a également partiellement adopté la syntaxe sujet-verbe-objet (SVO) qui est typique dans le complexe verbe (le verbe et ses affixes) dans les langues indiennes du nord-ouest de l'Amérique, comme dans ukuk man tšaku «cet homme est venu». Ceci est différent du modèle VSO dans lequel les phrases nominales et le complexe du verbe sont séquencés dans Chinook proprement dit, comme dans áiuu i-qísqis 'le geai bleu continua' (littéralement, 'il continua [masculin singulier] - geai bleu') .

Les commerçants américains indigènes, européens et européens ont aidé à répandre le jargon chinook des zones autour du fleuve Columbia au nord du sud de l'Alaska et au sud presque jusqu'à la frontière actuelle de la Californie. À la fin du 19e siècle, cependant, l'anglais a commencé à supplanter le jargon chinook en tant que lingua franca. Au début du 20e siècle, le jargon chinook était pratiquement éteint aux États-Unis (à l'exception de quelques mots utilisés localement comme argot), mais il a survécu quelques décennies de plus en Colombie-Britannique.